Table ronde parlementaire virtuelle au Burkina Faso




Dans le cadre des séries de tables rondes que co-organisent le Parlement du Climat et l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) pour renforcer les capacités des parlementaires, il s’est tenu le jeudi 27 mai une table ronde avec des parlementaires du Bénin.


Mme Clara Gobbe, Coordinatrice de réseau au Parlement Climat, a donné un aperçu du Projet ‘‘Action Parlementaire sur les Énergies Renouvelables (PARE)’’ et a présenté une série d'idées d'actions pour les parlementaires quant aux soutiens à apporter aux parlementaires pour les aider à accroître l'ambition climatique de leur pays grâce à l’utilisation des énergies renouvelables.


Les députés burkinabès ont partagé leurs points de vue sur l'action de leur pays en matière de climat et sur les plans visant à faire progresser les énergies renouvelables, ainsi que leurs préoccupations quant aux défis à relever pour le déploiement des énergies renouvelables. Ils ont salué l’initiative du Parlement du Climat et ont annoncé que le réseau parlementaire Burkinabè est déjà mis en place, il reste l’étape de la formalisation qui se fera dans les prochains jours lors d’une assemblée générale. Ledit réseau s’intitule : Réseau parlementaire croissance verte et services écosystémiques.

L’essentielle des interventions s’est focalisée sur la nécessité et l’importance de renforcer les capacités de ce réseau pour une meilleure implication des parlementaires dans la transition énergétique au Burkina Faso. La majorité des parlementaires viennent d’être élus et ils ont besoin de soutiens pour bien maîtriser leur rôle. Les parlementaires souhaitent bénéficier du savoir et savoir-faire du Parlement du Climat sur la question de bonne pratique sur le climat notamment l’électrification rurale, l’efficacité énergétique, la résilience climatique, etc. Cela leur permettra de mieux s’investir pour améliorer les conditions de vie de leur population en faisant des propositions adaptées à l’Assemblée nationale.


La question dénaturement de l’environnement a été abordée pour dire les conséquences des actions humaines sur la nature, notamment, le fait de couper du bois qui contribue à la déforestation avec son corollaire de problèmes de santé sur les femmes et enfants.


Il a aussi été question d’avoir une approche de promotion de l’innovation locale et du secteur privé local afin d’avoir une maîtrise et une expertise locale. Il faut impérativement éviter les erreurs qui ont été commises avec le pétrole en termes d’exportation de la connaissance.


***




Burkina Faso virtual parliamentary roundtable


On 27th May, the Climate Parliament and the United Nations Industrial Development Organization (UNIDO) co-organised a virtual roundtable with parliamentarians from Burkina Faso. Ms. Clara Gobbe, Network Coordinator at the Climate Parliament, gave an overview of the Parliamentary Action on Renewable Energy (PARE) project and presented a series of action ideas to the Burkinabé parliamentarians to help them increase their country's climate ambition and the deployment of renewable energy.


The MPs shared their views on their country's climate action and plans to advance renewable energy, as well as their concerns about the challenges ahead in the transition to renewable energy. They welcomed the initiative outlined by Clara Gobbe and announced that the Climate Parliament Burkina Faso group has been recently established and will be formalized in the coming days at a plenary of the National Assembly. The network is called Parliamentary Network for Green Growth and Ecosystem Services.


Most of the interventions focused on the need and importance of capacity building of this network for better involvement of parliamentarians in the energy transition of Burkina Faso. The majority of the MPs have just been elected and would welcome support on environmental and clean energy issues. Parliamentarians wish to benefit from the knowledge and know-how of the Climate Parliament regarding best practices on climate and renewable energy, in particular rural electrification, energy efficiency and climate resilience. This will allow them to make appropriate proposals to the National Assembly, aimed at improving the living conditions of the population.


Rural electrification was addressed as an issue of particular importance. Also, clean cooking alternatives would be very relevant given the environmental (deforestation) and health problems, particularly for women and children, resulting from cooking with biomass in Burkina Faso. Legislators noted that it would be desirable to have an approach to promote local innovation and the local private sector, in order to develop local expertise on renewable energy.